Menu

eac_jobculture_2016c


Profil Culturel chargé de production

Responsable des dépenses et des recettes, le chargé de production collabore à la création d’un projet artistique. Dans le respect du budget décidé, il assure la gestion matérielle et humaine d’un spectacle ou d’un enregistrement.

 

 

 

Nature du travail

Veiller au budget

En amont, le chargé de production gère l’argent nécessaire à la réalisation d’un projet.

Il évalue les coûts et établit les devis pour maintenir l’équilibre budgétaire… et dégager également une marge bénéficiaire pour le producteur qui l’emploie.

En aval, il assure la diffusion du projet en collaboration avec les sociétés de distribution.

Gérer l’administratif

Le chargé de production assure toute la gestion administrative, juridique et budgétaire d’une oeuvre artistique ou culturelle.

Il recrute toute l’équipe du spectacle, du réalisateur aux techniciens (cameramen, ingénieurs du son, monteurs, comédiens…), établit leur contrat et s’assure du versement des salaires.

Administrer le tournage

Ce professionnel prend aussi en charge la logistique des tournages : location de voiture, réservation de billets d’avion ou de chambres d’hôtel, commande d’un repas pour toute l’équipe…

En relation avec les fournisseurs, c’est lui qui choisit les prestations et qui négocie d’éventuels rabais pour la location du studio, l’achat des caméras, le choix de l’éclairage…

Compétences requises

Tenace et adaptable

Pour réussir dans ce métier, il faut une bonne dose de ténacité et de rigueur.

Le chargé de production doit avoir des connaissances étendues pour s’adapter au langage professionnel des techniciens, des juristes, des comptables, des journalistes ou encore des comédiens.

Sensible et créatif

Doté d’une grande culture générale, son investissement personnel est d’autant plus remarquable que le chargé de production exprime une forte sensibilité pour le monde des arts.

Passionné, aventureux et créatif, il a pour objectif d’apporter toujours son soutien à la création d’une oeuvre culturelle.

Organisé et moral d’acier

Commercial hors pair, il possède des capacités de gestionnaire et des nerfs d’acier.

Qu’il s’agisse de calmer un technicien en colère, de remplacer une lampe qui grille ou de régler un problème de livraison, le chargé de production est là pour aplanir les difficultés et trouver des solutions en urgence.

Des qualités d’organisation et de gestion, ainsi qu’un sang-froid à toute épreuve sont alors essentiels pour mener une création artistique à son terme.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

 

 

 

 

 

 

Lieux d’exercice et statuts

Maillon central d’une équipe

Dans le spectacle vivant, le cinéma, l’audiovisuel… la création naît d’un travail collectif où artistes et techniciens collaborent.

Le chargé de production, considéré comme maillon central de l’équipe, est en contact avec des interlocuteurs divers : réalisateurs ou metteurs en scène, décorateurs, techniciens, artistes-interprètes et agents, fournisseurs et prestataires de services, administrations publiques et financeurs.

Déplacements fréquents

Même s’il n’a pas de contrat de travail, sa priorité est de toujours rester sur le terrain afin de nouer des contacts. Son activité implique beaucoup de déplacements, y compris à l’étranger.

Emploi du temps intense

Ses horaires sont généralement décalés et très intenses, au rythme des urgences en semaine comme le week-end.

Constamment disponible, le chargé de production circule entre son bureau et les lieux de spectacle ou d’enregistrement.

 

 

Salaire du débutant

De 855 à 955 euros brut par semaine.

Intégrer le marché du travail

Faire face à la précarité

L’univers de l’audiovisuel fait rêver, mais n’est pas toujours rose.

La majorité de ses professionnels doit faire face à la précarité, à des budgets en baisse et à l’intermittence des contrats.

Impossible d’entrer dans ce milieu sans un grand investissement personnel.

Dans de petites sociétés de prod’

Le secteur de la production audiovisuelle française compte plus de 1 300 sociétés, (principalement de petite taille) qui préfèrent recourir à l’intermittence.

La majorité des recrutements se fait par le bouche-à-oreille et la cooptation. Même après une bonne formation, on débute souvent en bas de l’échelle, mais selon ses capacités, et avec un peu de chance, voire en faisant jouer ses relations, il est possible d’évoluer assez vite.

Une mutation vers l’internet

Le développement de l’internet crée de nouveaux modes de consommation des oeuvres audiovisuelles, avec des financements et des formats exclusifs.

Progressivement l’environnement interactif du web offre des marchés pour l’audiovisuel numérique avec des perspectives professionnelles, y compris dans la production.

 

 

 

 

Accès au métier

Il existe peu de formations pour exercer le métier de chargé de production. Plusieurs voies d’accès sont néanmoins possibles : université, École nationale supérieure des métiers de l’image et du son (ENSMIS), École supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA), École supérieure libre d’études cinématographiques (ESEC), Institut international de l’image et du son (IIIS).

Niveau bac + 2

  • BTS métiers de l’audiovisuel, option gestion de production ;

Niveau bac + 5

  • Masters pro spécialités production cinéma et audiovisuel ; ciné-création (scénario, réalisation, production) ; management de la culture et des médias, option métiers de l’audiovisuel et du cinéma ;
  • Diplômes d’écoles supérieures de commerce ;
  • Diplômes d’écoles spécialisées en audiovisuel.

 

 

Voir Emploi & Stage sur JobCulture.fr chargé de production

 

Publier un commentaire

Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

Suivez JobCulture sur les réseaux sociaux
Retrouvez les offres d'emplois dans la culture !