Menu

eac_jobculture_2016c


Profil Culturel comédien

Incarner un rôle sur scène ou à l’écran, apparaître dans un téléfilm ou un spot publicitaire, doubler un personnage… Quelques-unes des multiples facettes du métier de comédien.

 

 

 

Nature du travail

Mémoriser et interpréter

Incarner un personnage, communiquer des émotions, faire vivre un texte… Tel est l’art du comédien. Sous la direction d’un metteur en scène ou d’un réalisateur, il consacre de longues heures à la mémorisation de dialogues, aux répétitions, à l’écriture… Figurant, premier ou second rôle, il utilise différentes techniques (vocales, gestuelles, corporelles et respiratoires) pour donner vie à son personnage et captiver son auditoire.

Ne pas relâcher ses efforts

Chaque spectacle nécessite un travail particulier. L’apprentissage du texte, les répétitions, les représentations, les tournées, les tournages ou les enregistrements constituent le quotidien du comédien. Son calendrier est rythmé par des périodes de travail intense, qui ne laissent guère de place à la routine.

Du théâtre au cinéma

Beaucoup de comédiens appartiennent à une compagnie rattachée à un théâtre ou à une troupe. Bien que le théâtre constitue l’essentiel de leur activité, celle-ci peut s’étendre au cinéma, à la télévision, à la radio, à la publicité, au doublage, à l’animation, au cirque…

Compétences requises

Artiste polyvalent

Le comédien est un artiste polyvalent qui sait aussi maîtriser le chant, la danse voire la musique. Le charisme, la détermination et la persévérance figurent aussi parmi les qualités à posséder pour se distinguer des autres candidats et obtenir un rôle, pour relancer ses contacts…

Mémoire et technique

L’apprentissage de textes étant une composante essentielle de la profession, de grandes capacités de concentration et de mémorisation sont nécessaires. La maîtrise de différentes techniques (vocales, respiratoires et corporelles) est un plus. Elle permet d’avoir une bonne élocution et une certaine maîtrise de soi.

 

 

Lieux d’exercice et statuts

La course aux castings et aux auditions

Pour se faire connaître et décrocher un rôle, les castings et les auditions sont un passage obligatoire. Très peu de comédiens peuvent faire appel à un agent artistique pour développer leurs contacts professionnels et rechercher des contrats. Il leur faut donc rester extrêmement réactif et montrer une certaine disponibilité. La quête de travail est une composante à part entière de la profession.

Un emploi du temps décalé

Le rythme de vie du comédien est assez mouvementé, en lien avec ses activités : entre la recherche de rôles et les répétitions quotidiennes, il est amené à se déplacer fréquemment à l’occasion de représentations (tournées, festivals) ou de rencontres professionnelles. Ses horaires de travail sont décalés : les spectacles ont souvent lieu tard le soir et le week-end.

Un statut d’intermittent

La profession est marquée par la précarité. Rares sont les comédiens salariés, et peu d’entre eux arrivent à percer et à vivre exclusivement de leur talent. La concurrence est rude, l’insertion difficile, sans aucune assurance de réussite. Tous connaissent une alternance de périodes de travail et d’inactivité. Le statut largement dominant est celui des intermittents du spectacle. Il permet de percevoir des allocations en complément des revenus, à condition d’avoir travaillé au moins 507 heures sur 10 mois et demi.

 

 

 

Les comédiens sont le plus souvent payés au contrat ou au cachet (très peu d’entre eux touchent un salaire fixe mensuel).

Intégrer le marché du travail

L’importance du réseau professionnel

Au-delà des auditions, le réseau professionnel constitue un atout indiscutable pour tout artiste. Le « bouche à oreille » et les connaissances sont de bons moyens pour se tenir au courant des futurs castings, auditions ou projets et pour faire parler de soi. Multiplier les rencontres renforce les chances d’obtenir un contrat.

Compléter ses revenus

Il est très difficile de vivre du métier de comédien. Faute de proposition, on peut rester plusieurs mois sans jouer. La plupart des artistes du spectacle multiplient donc leurs activités pour compléter leurs revenus. Les plus chanceux trouvent des opportunités dans leur domaine (tournage de film publicitaire, doublage de film, spectacle d’entreprise, animation dans des parcs de loisirs…) ; les autres sont contraints de se tourner vers d’autres secteurs (enseignement, administration…).

Évoluer vers la mise en scène

S’agissant des perspectives d’évolution professionnelle, chaque parcours est personnel et unique. Néanmoins, quelques tendances se dégagent : certains acteurs se tournent vers la mise en scène, d’autres montent leur propre compagnie de théâtre ou encore se lancent dans la gestion d’une structure artistique.

 

 

Accès au métier

Conservatoires, écoles nationales, cours privés, universités… Selon les structures, l’offre de formations est plus ou moins coûteuse, les enseignements diffèrent (plutôt pratiques ou théoriques) et les diplômes délivrés sont reconnus ou non par l’État. Suivre l’un de ces cursus est vivement recommandé, de même qu’une pratique régulière de l’art dramatique.

Niveau bac

  • DNOP (diplôme national d’orientation professionnelle) d’art dramatique

Niveau bac + 2

  • Certificat d’école de classe d’art dramatique
  • DEUST art du spectacle spécialité théâtre ; formation de base aux métiers du théâtre

Niveau bac + 3

  • DNSP (diplôme national supérieur professionnel) de comédien
  • Licence arts du spectacle ; licence pro concepteur-réalisateur d’interventions théâtrales ; encadrement de pratiques théâtrales…

Niveau bac + 5

  • Diplôme de l’Ensatt Lyon
  • Masters arts du spectacle, études théâtrales, conception de projet artistique

 

Ressources utiles

Ipja – Association pour l’insertion professionnelle des jeunes artistes
47 rue Guersant
75017 Paris
01 40 68 74 15

CNT – Centre national du théâtre
6 rue Braque
75003 Paris
01 44 61 84 85

Afdas – Fonds d’assurance formation des activités du spectacle
http://www.afdas.com

Pôle Emploi du spectacle
http://www.pole-emploi.fr/informations/pole-emploi-spectacle-@/spectacle/

 

 

Voir Emploi & Stage sur JobCulture.fr comédien

Nature du travail

Mémoriser et interpréter

Incarner un personnage, communiquer des émotions, faire vivre un texte… Tel est l’art du comédien. Sous la direction d’un metteur en scène ou d’un réalisateur, il consacre de longues heures à la mémorisation de dialogues, aux répétitions, à l’écriture… Figurant, premier ou second rôle, il utilise différentes techniques (vocales, gestuelles, corporelles et respiratoires) pour donner vie à son personnage et captiver son auditoire.

Ne pas relâcher ses efforts

Chaque spectacle nécessite un travail particulier. L’apprentissage du texte, les répétitions, les représentations, les tournées, les tournages ou les enregistrements constituent le quotidien du comédien. Son calendrier est rythmé par des périodes de travail intense, qui ne laissent guère de place à la routine.

Du théâtre au cinéma

Beaucoup de comédiens appartiennent à une compagnie rattachée à un théâtre ou à une troupe. Bien que le théâtre constitue l’essentiel de leur activité, celle-ci peut s’étendre au cinéma, à la télévision, à la radio, à la publicité, au doublage, à l’animation, au cirque…

Compétences requises

Artiste polyvalent

Le comédien est un artiste polyvalent qui sait aussi maîtriser le chant, la danse voire la musique. Le charisme, la détermination et la persévérance figurent aussi parmi les qualités à posséder pour se distinguer des autres candidats et obtenir un rôle, pour relancer ses contacts…

Mémoire et technique

L’apprentissage de textes étant une composante essentielle de la profession, de grandes capacités de concentration et de mémorisation sont nécessaires. La maîtrise de différentes techniques (vocales, respiratoires et corporelles) est un plus. Elle permet d’avoir une bonne élocution et une certaine maîtrise de soi.

Lieux d’exercice et statuts

La course aux castings et aux auditions

Pour se faire connaître et décrocher un rôle, les castings et les auditions sont un passage obligatoire. Très peu de comédiens peuvent faire appel à un agent artistique pour développer leurs contacts professionnels et rechercher des contrats. Il leur faut donc rester extrêmement réactif et montrer une certaine disponibilité. La quête de travail est une composante à part entière de la profession.

Un emploi du temps décalé

Le rythme de vie du comédien est assez mouvementé, en lien avec ses activités : entre la recherche de rôles et les répétitions quotidiennes, il est amené à se déplacer fréquemment à l’occasion de représentations (tournées, festivals) ou de rencontres professionnelles. Ses horaires de travail sont décalés : les spectacles ont souvent lieu tard le soir et le week-end.

Un statut d’intermittent

La profession est marquée par la précarité. Rares sont les comédiens salariés, et peu d’entre eux arrivent à percer et à vivre exclusivement de leur talent. La concurrence est rude, l’insertion difficile, sans aucune assurance de réussite. Tous connaissent une alternance de périodes de travail et d’inactivité. Le statut largement dominant est celui des intermittents du spectacle. Il permet de percevoir des allocations en complément des revenus, à condition d’avoir travaillé au moins 507 heures sur 10 mois et demi.

Carrière et salaire

L’importance du réseau professionnel

Au-delà des auditions, le réseau professionnel constitue un atout indiscutable pour tout artiste. Le « bouche à oreille » et les connaissances sont de bons moyens pour se tenir au courant des futurs castings, auditions ou projets et pour faire parler de soi. Multiplier les rencontres renforce les chances d’obtenir un contrat.

Compléter ses revenus

Il est très difficile de vivre du métier de comédien. Faute de proposition, on peut rester plusieurs mois sans jouer. La plupart des artistes du spectacle multiplient donc leurs activités pour compléter leurs revenus. Les plus chanceux trouvent des opportunités dans leur domaine (tournage de film publicitaire, doublage de film, spectacle d’entreprise, animation dans des parcs de loisirs…) ; les autres sont contraints de se tourner vers d’autres secteurs (enseignement, administration…).

Évoluer vers la mise en scène

S’agissant des perspectives d’évolution professionnelle, chaque parcours est personnel et unique. Néanmoins, quelques tendances se dégagent : certains acteurs se tournent vers la mise en scène, d’autres montent leur propre compagnie de théâtre ou encore se lancent dans la gestion d’une structure artistique.

Les comédiens sont le plus souvent payés au contrat ou au cachet (très peu d’entre eux touchent un salaire fixe mensuel).

Accès au métier

Conservatoires, écoles nationales, cours privés, universités… Selon les structures, l’offre de formations est plus ou moins coûteuse, les enseignements diffèrent (plutôt pratiques ou théoriques) et les diplômes délivrés sont reconnus ou non par l’État. Suivre l’un de ces cursus est vivement recommandé, de même qu’une pratique régulière de l’art dramatique.

Niveau bac

  • DNOP (diplôme national d’orientation professionnelle) d’art dramatique

Niveau bac + 2

  • Certificat d’école de classe d’art dramatique
  • DEUST art du spectacle spécialité théâtre ; formation de base aux métiers du théâtre

Niveau bac + 3

  • DNSP (diplôme national supérieur professionnel) de comédien
  • Licence arts du spectacle ; licence pro concepteur-réalisateur d’interventions théâtrales ; encadrement de pratiques théâtrales…

Niveau bac + 5

  • Diplôme de l’Ensatt Lyon
  • Masters arts du spectacle, études théâtrales, conception de projet artistique
Suivez JobCulture sur les réseaux sociaux
Retrouvez les offres d'emplois dans la culture !

Partagez un article

JobCulture.fr propose de nombreuses offres d'emplois et de stages dans la culture : Profil Culturel comédien voici le lien : http://www.jobculture.fr/profil-culture-metiers/profil-culturel-comedien/ -