2022-1043052 – Responsable du pôle scientifique Pierre H/F

  • Fonction Publique
  • N’importe où
  • Publié il y a 3 mois

Domaine / Métier : Culture et Patrimoine/Responsable expert du patrimoine et de l’architecture
Nature de l’emploi : Emploi ouvert aux titulaires et aux contractuels
Description du poste :
La personne recrutée sera la responsable du pôle scientifique Pierre. Elle encadrera une équipe composée de trois ingénieur(e)s de recherche et d’un ingénieur d’études. Elle sera chargée de manager et coordonner le travail de cette équipe pour réaliser au mieux les missions du pôle décrites ci-après.
Le pôle scientifique Pierre du LRMH traite de questions d’identification, d’altération et de conservation des pierres en œuvre (pierre de taille, sculpture) mais est amené à travailler sur les mortiers, le plâtre, la terre crue et cuite, la céramique. Il aborde aussi des questions relatives aux maçonneries. L’activité correspond aux trois missions suivantes :
1/ Mission de contrôle scientifique et technique
Apporter une assistance sur le terrain et réaliser, si besoin, des tests et analyses en laboratoire (ou en piloter la réalisation) pour répondre aux questionnements d’architectes en chef des monuments historiques, d’architectes du patrimoine, de restaurateur(trice)s d’œuvres d’art sous l’égide des directions régionales des affaires culturelles, à l’occasion d’études préalables à la restauration ou en phase chantier. Les demandes concernent les monuments et objets protégés au titre des monuments historiques, et sont susceptibles de provenir de tout le territoire français. Il s’agit d’identification de nature et de provenance, d’origine des dégradations, et de tous les volets associés à la conservation-restauration : diagnostic des pathologies, procédés pour le nettoyage, la consolidation, l’extraction des sels, la protection. Des missions d’expertise à l’étranger sont possibles ponctuellement.
2/ Mission de recherche
Les recherches menées doivent constituer une base solide et argumentée aux conseils donnés dans le cadre de la mission décrite ci-dessus. Elles se focalisent sur la conception de méthodes d’identification, de caractérisation et de diagnostic innovantes, le développement, l’adaptation et l’optimisation de procédés de restauration et conservation. Elles respectent les spécificités des monuments et/ou œuvres d’art. La personne initie et/ou participe à la conception de projets de recherche en réponse aux appels nationaux et internationaux. Dans ce cadre, il/elle encadre des étudiants en master ou en projet de fin d’études, des doctorants, post-doctorants, ainsi que des professionnels déjà formés : ingénieur(e)s, restaurateur(trices) de sculptures ou d’œuvres d’art.
3/ Mission de diffusion et valorisation
Il/Elle publie le résultat de ses travaux, aussi bien dans des revues scientifiques internationales que dans des journaux spécialisés dédiés à la diffusion des connaissances en conservation du patrimoine. Il/Elle collabore à des revues et ouvrages grand-public. Il/Elle initie, participe ou coordonne la production de manuels de référence sur les produits et techniques de conservation-restauration de la pierre. Il/Elle est impliqué(e) dans diverses associations professionnelles au niveau national et international.

Compétences techniques

v  Pratique du management
v  Pratique de la gestion et de la coordination d’une équipe
v  Gestion de projet
v  L’ingénieur (e) aura montré un intérêt majeur pour le matériau pierre et les problématiques patrimoniales et culturelles.
v  Il (elle) sera capable d’appréhender un objet et une construction humaine dans son environnement climatique et/ou géographique, ce qui nécessite des compétences naturalistes (qualités d’observation, démarche d’intégration de différentes échelles physiques et temporelles).
v  L’ingénieur(e) saura démontrer des compétences en matière d’instrumentation. Il (elle) aura déjà pratiqué des analyses physiques et chimiques en laboratoire (des techniques analytiques microscopiques et minéralogiques souhaitées) et sur le terrain (caractérisation par méthodes simples ou avec équipements portables). Des connaissances techniques de caractérisation non invasives seraient appréciées.
v  Des connaissances sur les pathologies et les problématiques de conservation liées à la dégradation des matériaux poreux par les sels ainsi que sur les techniques de nettoyage, en particulier le laser, seront particulièrement appréciées.
v  L’ingénieur(e) saura inscrire les résultats de ses travaux expérimentaux dans un contexte généralisé et/ou une logique prédictive.
v  Une excellente maîtrise de l’anglais (parlé, lu, écrit) est indispensable.
v  Des compétences en matière d’organisation et d’encadrement de projets de recherche sont attendues, ainsi qu’une maîtrise des règles d’hygiène et de sécurité applicables dans un laboratoire.
Savoir-faire
v  Réactivité aux demandes, qu’elles proviennent de l’extérieur ou de l’intérieur du LRMH.
v  Capacité à se déplacer sur le terrain, à travailler en hauteur.
v  Capacité à échanger sur le terrain avec les interlocuteurs institutionnels et représentants des différents corps de métiers : architectes, chercheurs, conservateurs, restaurateurs, ingénieurs.
v  Une excellente maîtrise orthographique et rédactionnelle en langue française est indispensable.
Savoir-être
v  Capacité à travailler en équipe au sein du pôle de rattachement et plus largement au sein du LRMH.
v  Loyauté, sens du service public et respect des devoirs des fonctionnaires.
v  Ouverture d’esprit, capacité de dialogue et d’écoute.
v  Politesse, diplomatie, respect de l’autre.
Niveau d’études / Diplôme : Niveau 7 Master/diplômes équivalents
Voir le site



Détails de l’offre d’emploi
Generated by Feedzy